La psychologie positive

La psychologie positive peut se définir de la manière suivante : 

 

"l'étude des conditions et processus qui contribuent à l'épanouissement ou au

fonctionnement optimal des individus, des groupes et des institutions".

 

Il ne s'agit en aucun cas de nier les problèmes, encore moins de positiver à tout pris. Il s'agit d'étudier et de proposer des actions qui permettront de créer les conditions d'une vie pleine, satisfaisante, heureuse tant sur le plan individuel que sur le plan collectif.

 

La psychologie s'est longtemps intéressée aux troubles, aux dysfonctionnements, à tout ce qui pouvait faire qu'une personne ou un groupe soit dans la difficulté, l'échec ou la souffrance. Depuis une dizaine d'année, sous l'impulsion de Martin Seligman, président de l'association américaine de psychologie, une nouvelle approche à vue le jour. Il s'agit de s'intéresser à ce qui peut permettre à l'individu et au groupe de bien "vivre", de bien fonctionner.

 

Trois axes de développement peuvent être envisagés pour atteindre un fonctionnement optimal :

  • Tout d’abord, amener son attention sur les éléments positifs de la situation présente. Nous pouvons avoir une forte orientation vers l’observation de ce qui ne vas pas au détriment de ce qui va bien. La métaphore du verre à moitié vide ou à moitié plein illustre bien ce mécanisme. La psychologie positive nous invite à changer notre regard sur le présent, le futur, le passé pour cultiver l’apprentissage, l’optimisme, la satisfaction, l’ouverture d’esprit, la gratitude, la confiance…

  • Nous avons tous en nous des forces ou qualités naturelles, des choses que nous faisons sans efforts parce qu’elles sont là, en nous. Mettre nos forces en œuvre nous permet d’agir dans le « flow », être totalement engagé dans l’action et s’y réaliser pleinement. Dans cet engagement nous nous sentons pleinement vivant, à notre juste place, pleinement compétent. Nous réalisons ce pourquoi nous sommes faits.

  • Le dernier axe porte sur le sens, la finalité de nos actions. A quoi contribuons nous, à quoi sommes nous rattachés ? Nous cultivons ainsi le sentiment d'exister, d'œuvrer à quelque chose, d'être utile, d'être connecté à une communauté humaine que se soit sur un plan professionnel ou sociétal.

La psychologie positive propose un ensemble d'outils ou de processus permettant de développer ces trois points. Nous travaillons sur la création des conditions de l'engagement au sein des équipes, des organisations. L'engagement va naître d'une perception positive du bien être au travail. Il est indispensable pour générer de la performance opérationnelle.